L'histoire de Rakarth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'histoire de Rakarth

Message par Rakarth le Lun 11 Aoû 2014 - 17:39

Acte I Le témoin de l'asile : Tout le mal du monde

Altdorf, la capitale de l'Empire, connue pour son pouvoir, sa puissance, ses impôts, mais aussi son asile !
Outre le fait que la ville ne corresponde pas vraiment à ce que vous avez entendu au cours de votre enfance, nul doute que l'asile est ce qui vous déçoit le plus.
Pourtant, cette structure est reconnue dans tout le vieux monde comme étant le meilleur endroit pour les soins mentaux.
Gros bâtiment décrépi où certains bouts de mur commencent à s’effondrer, les barreaux présents aux fenêtres n'empêchent pas les prisonniers patients de vous regarder de leurs yeux vides.


Néanmoins, l'homme que vous êtes venu voir se trouve ici, alors il faudra bien vous accoutumer de ces misérables êtres pendant une heure ou deux !
L'entrée dans le bâtiment fut facile, peut être trop... Le garde à l'entrée ne fit que peu attention à votre laissez-passer officiel, et le médecin en chef vous donna le numéro de chambre de l'homme sans vérifier votre identité !

Mais qui est cet homme qui justifie votre venue dans ce dépotoir à déchets humains ? Et bien, il s'agit d'un témoin assez important dans votre enquête, puisque c'est le seul à avoir vu de ses propres yeux votre cible, et à être encore en vie.
Mieux encore, il a connu ce mage du chaos que vous recherchez alors qu'il n'était qu'un enfant ! Autant dire que si quelqu'un peut vous permettre d'arrêter un jour ce criminel, c'est bien cet homme âgé, mal rasé et au regard vitreux qui est recroquevillé dans son lit.
Car oui, une fois la bonne porte trouvée, il vous à simplement suffit de toquer pour que celle-ci s'ouvre. L'idée même qu'une telle concentration de fous au cœur d'Altdorf ne soit coupé du monde que par une simple porte de bois mal fermée vous fait frissonner.


Vous adressant au déchet qui se trouve devant vous, vous dites :
"Helric LORAN, ancien aubergiste du village de Rosenrot..."
Lorsque vous dites le nom du village, l'homme se met à vous fixer subitement tout en marmonnant quelque chose.
"Hum! Oui donc je disais : ancien aubergiste de l'ancien village de Rosenrot, qui fut détruit par un incendie provoqué par un certain Rakarth, si vous pouviez..."
Rien que le nom 'Rakarth' suffit à paralyser le fou, qui fut parcouru par un frisson.

Après une bonne minute de silence, le vieil homme dit enfin :
"Si vous voulez des renseignements, je vous dirais tout ce que je sais, de toute façon mes jours sont comptés... Cependant, ne vous attendez pas à ce que Rak... à ce qu'il soit le tueur typique qui commence par écraser des fourmis, puis finit par écorcher vif ses propres parents ! Non... Ici cela serait plus proche de l'erreur collective que de celle d'un individu..."
Désormais, l'homme se tient assis devant vous, son regard vitreux semble s'être quelque peu éclaircit et son visage exprime une tristesse et un regret extrême.
Le soleil qui décline à travers sa fenêtre ne fait que mettre en valeur ses plus misérables traits.

"Mais laissez moi commencer par le commencement..."

Prenant un longue inspiration, l'homme raconte :
"


Musique d'ambiance


Rosenrot était un village prospère d'une centaine d'âmes, situé dans le Wissenland... A voir votre regard, on dirait que vous connaissez ?Enfin bref, je dis prospère car nous n'entretenions aucun garde, et ainsi nos impôts étaient bas !
Oui, vous avaient bien entendu, nous n'avions pas un seul garde, pas un seul bureaucrate, rien de cela ! Et la raison est toute simple : Nous n'en avions pas besoin au sein de notre village ! Le crime étant inexistant.
En effet, notre village avait suivit les conseils d'un étranger concernant une religion... enfin plutôt un style de vie s'appelant le 'Perfectionnisme'.
Le Perfectionnisme est ce qui a apporté la prospérité à notre village pendant une bonne quinzaine d'année !

Le Perfectionnisme se base sur un principe très simple : Si l'Homme ne peut pas être parfait, c'est à cause du côté sombre présent en chaque être. Or qu'arriverait-il si l'Homme pouvait se débarrasser de cette facette de son âme ?
Exactement, la perfection, il pourrait tout simplement se consacrer entièrement à des activités plus productives comme l'élevage ou la culture du blé.




Or le problème de cette idéologie fut pointée dès le début par le prophète : Les sombres envies des hommes ne peuvent pas disparaître comme par magie, il leur faut un réceptacle... humain : Angra Mainyu.
Un être sans nom à la fois maudit pour ce qu'il représente, mais aussi vénéré par son caractère indispensable à la survie de la communauté.


Musique d'ambiance


Angra Mainyu, ce... réceptacle, vint au monde le jour de la venue du prophète, il fut à lors tout désigné pour accomplir son rôle.
C'était un nouveau né comme on en trouve de partout, mais notre stupidité en fit quelque chose... d'inhumain.

Chaque jour du nouvel an, avait lieu la nuit des vices, où le village entier se réunissait pour laisser libre cours à ses plus noirs désirs, que cela soit une orgie monstrueuse ou la torture pur et simple d'Angra Mainyu.
Angra Mainyu n'était pas le nom de l'enfant, mais celui de l'esprit servant de réceptacle que le dit-enfant était sensé incarner, l'enfant quant à lui ne portait aucun nom car il n'en avait pas besoin.
En effet, le restant de l'année, l'enfant était simplement ignoré et confiné dans le village, il était mal vu d'avoir affaire à lui en dehors de la nuit du nouvel an, et donc seul ses parents et le prophète s'occupaient de le nourrir.

Oh, ne vous méprenez pas, nous étions bien conscient que ce que nous faisions était mal ! Mais, nous pensions que c'était un mal nécessaire à la survie et la prospérité de la communauté.
Tout se passa bien, nos récoltes étaient abondantes, et nos recettes faisaient même envie aux plus grandes villes du Wissenland, le village venait de se créer un avenir radieux.
Sauf que personne dans le village, pas même le prophète n'avait pensé à quelque chose de pourtant évident : Tout réceptacle, tout récipient qui reçoit sans donner en retour finit inévitablement par déborder un jour...





Ce jour là, personne ne sut d'où lui vinrent ses pouvoirs, ni ses connaissances, d'ailleurs... Peut-être que notre comportement horrible avait attiré l'attention des Dieux sombres ? Ou peut-être que c'était simplement la chose que nous avions créé qui attira leur attention...
"


Vous profitez d'une pause faite par le vieil homme pour conclure :
"Et la quinzième nuit des vices se solda par un incendie provoqué par votre... Angra Mainyu."

Le vieil homme poussa un ricanement qui vous irrita au plus au point avant de reprendre :
"




Cette nuit là, la quinzième nuit des vices se termina par un incendie gigantesque... du moins c'est ce que votre version officielle mentionne ! La vérité est tout autre !
Le Chaos s'abattit sur nous ! La fureur s'empara des plus faibles tandis que les plus forts attendaient la mort dans leurs maisons ! Une fureur collective où les gens, mêmes morts continuaient à s'attaquer aux vivants ! Tandis que l'ombre de notre création s'étendait sur le village...




Et puis lorsque le village fut définitivement perdu... Ils sont venus, ils étaient encapuchonnés, et étaient armés de torches et d'épées pas plus large qu'un pouce, mais d'une longueur équivalente à un bras !
Ces armes... ils les lançaient sur les vivants, comme sur les morts, sans distinction... Et c'est eux qui provoquèrent l'incendie, afin d'éliminer toute trace de notre hérésie.
"


Haussant un sourcil sur cette dernière phrase, vous demandez :
"Et comment vous en êtes vous sorti ?"
"L'un d'eux m'a sauvé d'une créature qui était autrefois une femme, et c'est là que j'ai pu apercevoir leur croix dorée..."
"Des chrétiens !? Mais cela ne répond toujours pas à ma question, comment vous en êtes vous sorti ?"

Hésitant un instant, l'homme affiche un sourire pendant quelques secondes puis avoue :
"Je n'était pas vraiment du village, je ne suis pas vraiment Helric LORAN, et enfin je ne suis pas vraiment aubergiste. En revanche je peux vous dire que les repas de ce Helric LORAN furent assez désastreux au cours de mon séjour dans ce village, et que c'est sans regret que je vola son identité pour m'enfuir..."
Puis il ajouta d'un air las :
"M'enfin, tout cela vous vous en fichez, partez maintenant, je vous ai dit tout ce que je savais, alors laissez moi profiter de mes dernières heures !"
Baissant légèrement la tête au moment de passer le seuil de la porte, vous dites :
"Merci pour votre témoignage, mais j'aimerais que vous ne trépassiez pas trop vite... Voyez-vous, je pense que vous avez encore beaucoup à dire, et ce malgré que vous ne soyez pas vraiment aubergiste. Mais bon, il commence à se faire tard, donc nous nous reverrons demain."
Au moment de refermer la porte, vous entendez :
"Cela, ce sera à lui d'en décider..."


Le lendemain, vous vous apprêtez à rentrer dans l'asile lorsque vous êtes bousculé par un individu visiblement pressé, ou alors c'est vous qui l'avez bousculé car vous étiez également pressé... Dans le doute vous préférez continuer votre chemin sans faire d'histoires...
Tout cela pour trouver le corps sans vie de votre 'témoin'... La poitrine ouverte, avec du sang de partout.
Avec un rictus sur le visage, vous prenez un air partagé entre la victoire et la deception, puis tout en vous passant une main sur votre épaule droite, vous concluez :
"Ablation du cœur... de plus, le garde m'a semblé être assez bien endormi : et dire que tu étais si proche..."


Sortant de l'asile, l'air résolu, vous proclamez d'un air victorieux aux pauvres passants :
"Tu peux toujours courir Rakarth, mais saches que l’étau se resserre ! Moi, Gardakan von Wissenland, j'ai juré devant Sigmar de te retrouver afin de t’emmener sur l'échafaud, et crois moi j'y arriverais !"


Dernière édition par Rakarth le Sam 20 Aoû 2016 - 23:19, édité 3 fois
avatar
Rakarth

Messages : 547
Date d'inscription : 25/02/2013

Feuille de personnage
Nom: Rakarth
Race: Humain
Carrière actuelle: Maître Sorcier

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de Rakarth

Message par Rakarth le Mar 26 Juil 2016 - 19:15

Acte II La tour d'ivoire d'Altdorf : Le sorcier


Depuis combien de temps n'avez-vous pas remis les pieds ici... Les merveilleux Collèges de magie de l'Empire !
Un recoin de culs bénis cachés dans leurs bouquins et trop effrayés pour apprendre à maîtriser la vraie puissance !
Néanmoins, loi impériale oblige, vous vous devez d'accomplir votre devoir d'honnête citoyen en allant verser votre cotisation annuelle...
10% de tout ce que vous avez gagné à la sueur de votre front... Tout ça pour quoi ? Que vous ont-ils apprit !?

Vous sortez de vos pensées lorsque vous arrivez devant le réceptionniste, à l'entrée de l'établissement.
Le nain et l'elfe à vos côtés semblent encore choqué par la dissipation de l'illusion...
Après vous être présenté, le réceptionniste semble agité, et vous dit que vous êtes attendus...
Ça sent pas bon, pas bon du tout.
Vous tendez votre sac au nain et vous dîtes :
"Snorri, gardes mon sac, je reviens."

Votre sac est beaucoup trop révélateur sur votre vie pour vous permettre de le laisser entre les mains de ces gens...
Doigts de dryade, mains de pendu, fioles de sang, cœurs humain, grimoires chaotiques... Il vaut mieux cacher ça.

Alors que vous suivez le réceptionniste, vous vous demandez encore ce que ces vieux cons peuvent bien vous vouloir.

[...]

Le soleil commence à se coucher, et pourtant... Le centre d'Altdorf grouille encore d'activité.
Esquivant la foule, vous pressez le pas : L'appel était urgent, et vous n'avez pas pour habitude de faire attendre votre patron.
Surtout quand vous n'avez pas un, mais huit patrons différents !


A mesure que vous progressez, la foule commence à baisser en densité... Jusqu'à disparaître.
L'endroit, pourtant situé vers le centre-ville, semble être naturellement évité par les gens.
La zone comporte une large rue, une taverne, quelques échoppes... Elle a l'air naturelle, et pourtant...

A ce moment là, vous vous concentrez... Vous vous concentrez jusqu'à percevoir de minces courants colorés traversant chaque centimètre de la rue.
Et c'est aussi à ce moment là que l'illusion se dissipe.


La large rue, la taverne, et les quelques échoppes ont laissé place à de larges battisses, au nombre de huit.
Ces larges bâtiments sont arrangés en cercle, avec au centre une haute tour d'ivoire, dont le style architectural n'a rien d'humain.
Vous venez de retourner sur votre lieu de travail : Les collèges de magie d'Altdorf.


A votre arrivée dans la salle du conseil, au sommet de la tour d'ivoire, vous voyez que vous êtes parmi les derniers à arriver.
Cependant, votre retard est à peine remarqué, chacun des huit seigneurs sorcier semble préoccupé par autre chose.
Vous vous hâtez donc de prendre votre place, assis un peu à l'écart de la table ronde où sont attablés les autres.
Devant vous : Une table, un gros grimoire, un encrier et une plume.
Tandis que vous vous préparez mentalement à effectuer votre travail de scribe, la porte de la salle s'ouvre violemment !

Un individu encapuchonné pénètre dans la salle, d'un pas serein.
Son entrée provoque le silence général dans la salle, mais vous savez pertinemment que ce n'est que le calme avant la tempête.

"C'est inadmissible Hummin ! Cet artefact nous était destiné !"
"Comment sommes-nous sensés étudier l'artefact s'il reste entre les mains de politicards corrompus ?"
"Après que vous ayez trahi notre confiance, vous osez repointer le bout de votre nez ici ?"

Le torrent de colère des vieux sages assis autour de la table ne semble même pas provoquer le moindre trouble dans la respiration de cet Hummin.
Celui-ci continue son chemin, et il s'attable lui aussi, vous tournant le dos.
Prenant une grande inspiration pour le côté dramatique, celui-ci lance :
"Passons sur le fait que je vous ai trahi ou non, nous ne ferions que perdre du temps..."

Son ton nonchalant provoque l'hérissement de poils des vieux sages.
Même vous êtes choqué par le comportement de cet individu, alors qu'il est devant les huit seigneurs sorcier, chacun étant le représentant d'un des courants de magie enseignés à Altdorf.
Ces huit mages possédant chacun le pouvoir d'annihiler une armée ne semblent pas gêner pour le moins du monde cet Hummin... Qui peut-il bien être ?

"J'ai déjà un plan de secours, mais permettez-moi de vous expliquer les raisons de mon échec, vous verrez, c'est très simple !"
Hummin jette alors un regard à travers la pièce puis s'écrit :
"Mon ami qui possédait l'artefact s'est fait assassiner ! Et le lendemain de son décès, les percepteurs impériaux sont arrivés et ont proposé à son fils endeuillé trois ans d'exemption d'impôt en échange de l'artefact !"
"L'Empereur aurait organisé ce coup monté ?"
"Non bien évidemment, on peut trouver de nombreuses qualités à Karl-Franz, mais l'intrigue n'en fait malheureusement pas partie..."

A ce moment là, vous ne pouvez vous empêcher d'intervenir :
"Vous semblez assez proche de l'Empereur..."
Vous êtes coupés par le regard noir des huit sages, n'appréciant définitivement pas votre intervention.
Vous baissez la tête en silence pour vous excuser, puis vous sentez le regard d'Hummin, qui s'est retourné.


Celui-ci dit :
"Vous semblez fort perspicace, un très bon scribe en effet..."
Malgré toute votre volonté, vous ne parvenez pas à regarder le visage de votre interlocuteur.
Vos yeux n'arrive pas à se concentrer, et son visage reste flou... Comme s'il restait présent dans votre vision périphérique...
"Néanmoins, vous commettez un erreur en disant que nous sommes proches... Je ne suis qu'un citoyen dévoué à l'Empire parmi tant d'autres..."

Puis celui-ci vous tourne le dos pour reprendre la discussion d'avant :
"C'est pourquoi nous utiliserons un groupe d'aventuriers pour braquer le convoi des percepteurs, avant qu'ils atteignent Altdorf..."
Les huit sages semblent être choqué pendant un moment, puis ils se résignent tour à tour à accepter le plan.
"Néanmoins, je ne peux être le seul à prendre un risque cette fois-ci... Je veux que l'un de vos compagnons sorcier effectue la mission..."

Après avoir reçu un signe de tête de la part des huit sages, vous posez un registre sur la table, devant Hummin.
Celui-ci l'ouvre, et se met à le feuilleter en silence pendant quinze bonnes minutes, avant de s'arrêter sur un nom écrit à la fin.
"Rakarth, 18 ans, compagnon sorcier récemment inscrit... Aucune cotisation versée à ce jour, n'a pas encore choisi de domaine de magie.
Il n'est également jamais revenu après son inscription, et vit actuellement une vie d'aventurier accompagné d'un duo de nains et d'un elfe..."


"Vous ne souhaitez pas quelqu'un de compétent ? Je ne sais même pas ce qui permet à cet individu de se prétendre compagnon sorcier..."
"Il sera parfait pour ce travail... Nous avons même l'opportunité de l'embaucher gratuitement, rajoutez simplement quelques zéros à l'argent qu'il vous doit, et je me chargerais du reste."

[...]

Un rugissement retentit depuis une taverne du quartier commerçant d'Altdorf.
"DIX-MILLES COURONNES !"
Assis à une table de la taverne, un mage en piteux état déverse sa haine sur ses pauvres compagnons d'aventure.
"DIX-MILLES ! C'EST SENSÉ ÊTRE 10% DE CE QUE J'AI GAGNÉ !?"
Le mage tape brusquement sur le sol avec son bâton, comme s'il cherchait à le planter dans le sol, et il s'écrit auprès du pauvre elfe qui l'accompagne.
"TRÈS BIEN ! ELLES SONT OÙ MES CENT-MILLES COURONNES !? QUI ME LES A PRISES ?"

A ce moment là, vous vous approchez du mage, et lancez :
"J'ai cru comprendre que vous aviez des problèmes d'argent ?"

Les yeux surpris du mage reflètent le jeune visage de l'enchanteur que vous êtes.
Vous attablant sans attendre de réponse, vous chuchotez :
"Il se pourrait que j'ai une proposition à vous faire..."


Dernière édition par Rakarth le Sam 20 Aoû 2016 - 22:58, édité 9 fois
avatar
Rakarth

Messages : 547
Date d'inscription : 25/02/2013

Feuille de personnage
Nom: Rakarth
Race: Humain
Carrière actuelle: Maître Sorcier

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de Rakarth

Message par Rakarth le Mar 26 Juil 2016 - 19:22

Acte III Le carnet d'enquête du Chasseur de primes : Le Maître

[A venir]
avatar
Rakarth

Messages : 547
Date d'inscription : 25/02/2013

Feuille de personnage
Nom: Rakarth
Race: Humain
Carrière actuelle: Maître Sorcier

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de Rakarth

Message par Rakarth le Sam 20 Aoû 2016 - 23:00

Acte IV Dans les profondeurs : Le huitième doigt

[A venir]
avatar
Rakarth

Messages : 547
Date d'inscription : 25/02/2013

Feuille de personnage
Nom: Rakarth
Race: Humain
Carrière actuelle: Maître Sorcier

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de Rakarth

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum